was successfully added to your cart.
DailyD

Londres : Une année dans la capitale Anglaise II

By 19 novembre 2015 No Comments

"Pour chaque fin il y a toujours un nouveau départ."

Le Petit Prince

On continue seule

Et on n'essaie de ne pas lâcher... même si tout ne se passe pas comme prévu.

J’ai commencé la Street photography

C'est ce qui m'a aidé à tenir et ça a été une vraie révélation aussi... Je dois avouer que ça me manque.

Le vent tourne

Après des mois de galère, je commence enfin à voir le bout du tunnel...

 

Nous voilà déjà en mars, la moitié de l’année est passée et je viens d’emménager dans mon appart à Brixton. D’ailleurs, si tu veux voir mes premiers mois à Londres, je t’invite à aller voir mon dernier article. 😉

Pour mon nouvel appart, je suis passée par le centre Charles Péguy. C’est aussi grâce à eux que j’ai trouvé mon job de photographe alors je te le recommande vivement si tu es un peu paumé en arrivant. Ils peuvent t’aider pour faire des CV, des lettres de motiv et plein d’autres choses. 😉

 

UN PRINTEMPS A BRIXTON

Brixton, devait marquer un nouveau départ dans ma vie londonienne. Mais encore une fois, la vie est pleine de surprises… ( Je m’en abstiendrai bien des fois !)

Donc maintenant, que je m’étais bien adaptée à mon nouveau boulot, il m’en fallait un deuxième pour combler les trous de la semaine. Ayant déjà de l’expérience dans la restauration et ayant aussi amélioré mon niveau d’anglais, je me suis dit que ça serait easy.

Echec, la période a été très compliquée car je n’ai jamais réussi à trouver mon deuxième job dans la restauration et j’ai eu beaucoup de mal à l’accepter. Comment c’était possible ? Il y a des gens qui n’ont jamais mis un pied dans une cuisine, qui ne parle pas un mot d’anglais et trouve en un claquement de doigts !!!! C’est injuste… J’ai fini par me démotiver complètement.

En plus de ça Pascal, mon boss, devenait de plus en plus oppressant. Alors oui au début c’était magique, il me poussait dans mes limites mais au bout d’un moment s’en était trop ! Je devais lui montrer 4 shootings style mode. Il voulait que je démarche : maquilleurs, coiffeurs, stylistes… Oui, en effet, c’est pas la mort mais en revanche, je voulais le faire à ma sauce. Et n’ayant pas trouvé j’ai tout réalisé moi-même avec des amies qui ont accepté de jouer les modèles. C’était un début, j’avais besoin de savoir comment je pouvais gérer les choses avant de passer à plus sérieux.

Dès le début, ça ne lui a pas plus !

Avant ça, il m’avait donnée un sujet où je devais shooter les chauffeurs de taxi !? J’ai commencé mais sérieux, on ne peut pas trouver un sujet plus intéressant ??? Quand je lui ai parlé d’un de mes projets (faire un docu sur les skateuses) il m’a renvoyée le truc en pleine figure en me disant que c’était nul et surtout que ça n’intéresserait personne !!! J’ai légèrement exprimé ce que je pensais mais sans plus d’entrain (aujourd’hui, ça ne se passerait plus comme ça !)  Lui, était focus BUSINESS, alors, je suis d’accord mais il n’y a pas que ça !!!

Dommage pour moi, j’aurai dû lui prouver qu’il avait tort. Au lieu de ça, je me suis enfermée chez moi et il ne m’a pas recontacté pendant trois mois. Je te le dis, j’en ai broyé du noir à ce moment-là.

Pas de boulot, pas de projet, plus de sorties… l’envie n’y était plus. Pour te dire, j’ai même appelé mes parents et leur ai dit que je rentrais en France. Ils m’ont dit de m’accrocher. Même si les choses n’ont pas changé tout de suite, ils ont bien fait de me dire de rester.

J’étais plutôt contente du résultat de mes shooting « mode » !! C’est sûr, c’est avec les moyens du bord et c’est pas du grand art mais il faut bien commencé quelque part…

Ça, c’est quand j’ai commencé à me perdre au grès de mes envies (du hasard) les rues de Londres… La nuit, le jour ça ne faisait pas de différence pour moi !!

NOUVEAU SOUFFLE

Pendant ce temps-là, j’ai longtemps déambulé dans Londres sans but précis, l’appareil à la main. J’ai découvert la street photography comme ça, Dieu merci j’avais au moins ça !

En mai, au fond du trou, je suis partie sur un coup de tête à Prague puis en Australie, rejoindre des amies en Erasmus. C’est pas bien, j’ai plus un rond mais ma tête a besoin de partir… Je me suis dit qu’en revenant, j’aurais retrouvé ma motivation…

ALLELUIA, à mon retour en juin, j’allais mieux et je me suis remis en recherche d’un job. Encore, une fois, j’ai tout ratissé : Starbuck, Mcdo, Paul, un nombre incalculable de restos et j’en passe… Toujours aucune réponse ! Cette fois-ci c’est mort, soit j’ai un job, soit c’est fini ! Finalement, j’en ai ENFIIIIIIIIN trouvé un !

C’est comme ça que je me suis retrouvée à distribuer des prospectus dans les boîtes aux lettres.Tu sais, la meuf relou qui te blinde ta boite aux lettres de pub, et bien c’était moi !!! hahahaha C’est pas le rêve mais je te promets qu’il y a pire ! 😉 Sur les 3kg de papiers qu’on doit distribuer, on en donne à peine le quart (ce qui représente environ 3 rues ) et après, une fois le reste à la poubelle, tu te la coules douce… 🙂 Avec le beau temps, c’était parfait ! Même pas besoin de partir pour avoir de belles couleurs !

Et comme la roue tourne (à tourner), Pascal, mon boss m’a rappelé après 3 mois et j’ai recommencé à travailler avec lui. Cette fois-ci, il n’y avait plus que le boulot, plus de “devoirs”. J’avais un event quasi toutes les semaines… ça allait beaucoup mieux maintenant.

Côté logement, à Brixton, j’étais bien, surtout lorsque j’ai changé de coloc vers mai. Au moins avec lui, il y avait un échange ! Ça aussi, ça m’a beaucoup aidé. Mais j’avais déjà commencé à regarder pour partir en résidence. Avant d’emménager à Londres, nous avions déjà vu cette résidence avec ma soeur et nous avions longtemps hésité. Ce qui fait qu’il n’y avait plus de place avant décembre quand nous nous sommes décidées, soit deux mois après notre arrivée. Cette fois-ci, j’ai anticipé et réservé ma place pour juillet en avril/ mai. C’est moins cher et plus propice à faire des rencontres. Le petit déj et le dîner sont compris dedans, donc pour le midi à toi de te débrouiller ou alors, tu fais comme moi et tu ne manges pas ! Vive les pti déj copieux et fini les courses. 🙂 Alors oui, tu partages ta chambre, et les toilettes, salles de bain sont en communs mais t’habites à Notting Hill quand même !!! On ne peut pas tout avoir. Pour moi c’était parfait.

Et puis l’été arrivait… alors tout était pour le mieux.

Mais je te raconte un de mes plus bel été dans la dernière partie de ma vie londonienne… 😉

Je suis même parti à Newcastle avec un collègue pour le boulot… Comme un mini road trip 😉

Les débuts de ma dernière période à Londres dans le quartier de Notting Hill.

PS : Je suis super triste de ne pas pouvoir en montrer plus… Deux mois après mon retour mon disque dur est tombé et je n’ai malheureusement pas réussit à tout sauver. Cette période, qui a été la plus productive photographiquement parlant est réduit au néant… Petit à petit j’en retrouve quelques unes mais j’espère toujours les récupérer toutes un jour ! Tout ça pour expliquer les différences de teintes ou le manque de certaines images… (comme Brixton par exemple )

Leave a Reply